Villa O’Higgins et Tortel – Chili

Villa O’Higgins et Tortel – Chili

De retour d’une semaine et demie de notre boucle dans le sud de la Patagonie !

Loin de la civilisation, des réseaux wifi, et autres moyens de communication, nous sommes allés nous perdre au bout de la mythique Carretera Austral.

Parti de Coyhaique, 7H de bus plus loin nous avons fait escale à Cochrane (un patelin perdu que vous ne connaissez sûrement pas), pour prendre un autre bus le lendemain matin qui nous fera refaire 5H de route. Vers le bout du bout de la Patagonie chilienne, à l’ombre des glaciers, Villa O’Higgins. (un autre patelin perdu de 300 habitants)

Ouai et bien merci les températures les mecs ! Et dire que c’est la fin du printemps là bas !

Et puis c’est pas comme si on avait de la pluie du genre… attendez je cherche… Ah oui ! TOUT LE TEMPS !

Non on déconne (enfin non on déconne pas c’était vraiment le déluge H24), ça s’est quand même super bien passé.  

On eu l’occasion de faire du camping sauvage en pleine forêt. De se faire quelques marches avec tout notre barda sur le dos pour s’en faire les muscles. Et glaner deux interviews totalement improvisées d’une tenancière d’auberge et d’une artiste peintre, venues chercher la tranquillité qu’apporte ce val composé d’une cinquantaine de maisons encerclées de forêt, de marais brumeux et autres ruisseaux et rivières, enclavées de montagnes gigantesques nappées de glaciers et de neiges éternelles.

 

 

Nous y sommes restés 3 jours et trois 3 nuits.

de la pluie, du froid, mais voilà sinon on était posé  !

Nous reprîmes ensuite la route direction Tortel.

Tortel, c’est la ville pirate par excellence. Entièrement montée sur pilotis, on ne circule dans cette petite ville que par le biais de passerelles en bois.

Mais le problème quand il pleut des cordes, c’est que le bois c’est glissant… et que forcément… dans une ville faite de passerelles en bois quand il pleut et que c’est glissant…. et ben des fois on se pète la gueule  (voilà c’est tout).

La ville se trouve sur une côte de l’océan pacifique, au pied d’immenses montagnes ouai y’a beaucoup de grosses montagnes en Patagonie qui semblent la presser vers les eaux et les îlots de marées en sable, tantôt présents tantôt noyés, sont parsemés d’épaves de bateaux de bois et de barques de pêcheurs abandonnées.

Vous voyez le tableau « Les 4 bateaux de plaisances à Argenteuil » de Monnet ? Ben vous virez les mats des bateaux et vous leur rajoutez des trous, vous mettez un peu plus de jaune que de vert, vous rajoutez des passerelles en bois et dernière vous dessinez des grosses montagnes et voilà vous avez un truc qui ressemble à peu de chose près (c’est le temps que les photos soient traitées et que vous puissiez voir en vrai, en attendant je tente de faire marcher votre imagination).

Nous trouvâmes refuge dans un camping désaffecté (pour cause d’inondations liées au marais sur lequel il était situé, pas con les types). Au fond duquel se trouvait une terrasse couverte, en bois et surélevée d’à peu près un demi mètre de hauteur. Notre camp de base pour quelques temps (encore une triplette de jours et de nuits) passés à attendre des accalmies, afin de tourner quelques plans en extérieur. Ainsi que pour réfléchir sur le film et sa trame narrative quand ces instants moins pluvieux se faisaient désirer trop longtemps.

Nous sommes actuellement de nouveau de passage express à Coyhaique d’où nous pouvons vous tenir aux courants via internet. Nous entamons notre grande et inexorable montée vers le nord du Chili et bientôt nous sortirons de cette magnifique région du globe qu’est la Patagonie. Toutes les expériences vécues ces 3 dernières semaines auront été très intensément vécues, nous nous sentons changer peu à peu, évoluer, nous découvrir et nous accepter.

 Même qu’un jour avec un peu de chance on aura des muscles à force de se crever le dos avec tout ce matos de ***** ! 

 

 

 

 

 

 

 

    • Roxanne
    • 24 décembre 2016
    Répondre

    Whaou …elle est sympa votre cabane… hâte de voir les interviews…et notons que le soleil quand même….juste un petit brun de temps en temps est à inclure dans la notion de besoin non?? Lol!! bonnes fêtes à vous 4 😉

Leave a Comment

Une pensée sur “Villa O’Higgins et Tortel – Chili

  • 24 décembre 2016 à 7 h 25 min
    Permalink

    Whaou …elle est sympa votre cabane… hâte de voir les interviews…et notons que le soleil quand même….juste un petit brun de temps en temps est à inclure dans la notion de besoin non?? Lol!! bonnes fêtes à vous 4 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *